Brèves
Fils d'info
Rigoles d'Hilvern
Région

 

 

 

 

 

 

 

Une association de sauvegarde se bat, depuis onze ans, pour la réhabilitation de l'ouvrage, aidée en cela par la Région et les deux départements, ainsi qu'une fondation. Ce patrimoine est en phase de devenir, avec le barrage de Bosméléac, "l'épine dorsale" du tourisme vert et le trait d'union entre tourisme rural et fluvial des "Pays d'accueil" des Rohan, de Loudéac, de Guerlédan et du Corong.

 

 
Rigole d'Hilvern

  Le Bief de Partage et la Rigole d'Hilvern

C'est dans cette forêt de Branquily qu'au VIe siècle un ermite, Gonnery, vint installer son ermitage, donnant naissance au petit bourg qui s'élève à l'orée septentrionale du bois. Au XIXe siècle, c'est à Hilvern, en Saint-Gonnery qu'on creuse un bief de partage de 5 km qui s'étend de Bel-Air à Kéroret, assurant ainsi une jonction entre l'Oust et le Blavet. C'est à l'écluse de Kéroret que débouche, après un parcours de plus de 63 km et une pente de 0,3 mm par mètre, Bosméléac, construit sur la partie supérieure de l'Oust (ce barrage est distant de 20 km à vol d'oiseau).

Devant son faible débit pour assurer une alimentation en eau suffisante à une navigation de plaisance croissante et des problèmes d'étanchéité que connaît l'ouvrage, la fonction hydraulique de la rigole est assurée désormais, depuis 1990, par une station de pompage sur le Blavet, qui débouche à l'autre extrémité du bief.

 

Au delà du bief de partage, nous entreprenons la descente sur Pontivy. Non loin du pont de chemin de fer qui enjambe le canal, d'immenses silos marquent dans l'espace, s'il était nécessaire de s'en convaincre, la vocation agro-alimentaire de la Bretagne Centrale. A l'écluse de "Joli Coeur", qui porte bien son nom, une chaîne de douze écluses formant les étangs du "Roz" nous offre un magnifique spectacle. Ces étangs qui élargissent les biefs ne sont rien autre que des réserves d'eau conçues pour assurer les éclusées. Ils sont le domaine réservé des hérons cendrés, des poules d'eau, des grèbes...

Conçue entre 1824 et 1838, la rigole d'Hilvern est donc un cours d'eau artificiel de plus de 60 km, creusé par l'homme entre le barrage de Bosméléac et Hilvern. Elle sert à alimenter en eau le bief de partage du canal de jonction entre le bassin de l'Oust vers l'est (Rohan) et le bassin du Blavet vers le sud (Pontivy) et l'ouest (Guerlédan). Les énormes travaux de térrassement ont nécessité plus de 400 personnes. La rigole suit tout au long de son parcours le relief naturel, d'où sa longueur et l'absence d'ouvrages d'art. Si la rigole ne sert plus aujourd'hui à l'alimentation du Canal de Nantes à Brest, son chemin de halage bordé d'arbres est resté un très beau lieu de promenade.

 

 
 



 

Plus d'informations:   Cliquer ici...
En ligne : 1 visiteur(s) - 0 membre(s) :